Vivre ensemble

Sortir des relations de harcèlement

Que faire si un(e) élève est brimé(e) par d’autres et que le cycle ne s’arrête pas ? Quelques fois, il/elle se défend. Plus souvent, il/elle laisse faire. La situation vous inquiète, d’autant plus que vous constatez que, les quelques fois où il/elle s’exprime, ce(tte) jeune montre des positions violentes envers certains groupes et/ou la société.

 

Les situations de harcèlement arrivent plus que régulièrement dans les groupes d’élèves. Lorsqu’elles se présentent, le premier défi est de parvenir à rendre justice s’il y a des faits à punir, mais sans pour autant aggraver les choses. En particulier, il faut absolument veiller à ce que la situation de la victime s’améliore. Il faut faire attention, car, si d’aventure on se contente de punir les agresseurs, c’est souvent le contraire qui se produit : les tensions relationnelles se poursuivent ou s’aggravent, mais de façon simplement plus cachée.  

 

L’exemple mentionné est une deuxième fois inquiétant, du fait des réactions de la victime qui semble réagir elle-même par des positions violentes. Il y a là quelque chose d’assez commun : lorsque l’on souffre d’injustices régulières, reporter sa colère sur d’autres est fréquent, que ce soient  d’autres personnes, d’autres groupes ou la société en tant que « autre » qui ne m’accepte pas. C’est là un principe de base des cycles de violence et c’est ce qui fait que, face aux violences répétées du harcèlement, il est doublement nécessaire de prendre la situation au sérieux. En outre, on remarquera que cet exemple présente un paramètre inquiétant en termes de décrochage de société, le jeune semblant au final « se faire » à sa situation d’exclusion et la traduire lui-même en rejet des autres.

 

Accompagner et chercher le bien de la victime, mais aussi des coupables

Du fait de sa double caractéristique, cette situation requerra a priori un double traitement : d’un côté, pour gérer la situation initiale de harcèlement et de l’autre pour accompagner la victime dans la gestion de ses émotions et positions. En ce qui concerne le harcèlement, il s’agira d’abord de discuter avec tous les protagonistes afin de vérifier que les agressions constatées ne répondent pas à d’autres, simplement moins visibles. Il arrive en effet régulièrement que les relations de harcèlement soient plus équilibrées qu’il n’y paraît au départ. Toujours concernant la situation de harcèlement, il sera aussi possible de travailler sur les témoins et sur le groupe, notamment en cultivant la solidarité, la discussion et les postures de « sauveur » ou de « chevalier ». 

 

Concernant la victime enfin, un accompagnement individuel sera nécessaire : pour l’aider à éviter autant que possible les situations blessantes, également pour accueillir l’expression de sa souffrance et tenter d’endiguer le cycle de colères.

À court terme, gestion des violences à chaud

À court terme ou en situation de crise, il est nécessaire de réagir aux situations factuelles et, s’il y a un manque de respect ou incivilité, de ne pas les tolérer. Lorsqu’on pressent une situation de harcèlement, il est cependant judicieux d’annoncer aux protagonistes que l’on va mettre quelque chose en place pour avancer dans la situation.  

 

À moyen terme, réaction collective et dynamique collective

À moyen terme, il est très souvent utile de se tourner rapidement vers des collègues et de faire équipe (voir à ce sujet l’annexe 16). Pour les situations de harcèlement encore plus que pour d’autres questions, il est en effet facilitant de travailler en équipe, pour aller vers les élèves, chercher des solutions, accompagner la situation… Parmi ces collègues, dans les écoles, il y a bien entendu les responsables disciplinaires et le PMS, mais il y a aussi parfois des enseignants ou éducateurs formés pour ce genre de situation, tout comme des ressources en termes de médiation.

 

Seul ou avec des collègues, à moyen terme, la première étape est souvent de rencontrer les élèves séparément pour mieux comprendre l’ensemble de la situation. Si le harcèlement se révèle alors comme lié à des éléments ethniques et/ou culturels, en plus des éléments ci-dessous, vous êtes invités à consulter la fiche 5.1.1 sur les replis communautaires.

 

Si, en écoutant les protagonistes, la situation de harcèlement se précise, ce travail vise à conscientiser les agresseurs par rapport à la gravité de leurs actes. Il a aussi pour objectif de les aider à réparer auprès de la personne agressée. En matière de harcèlement, la justice scolaire classique est en effet trop régulièrement contre-productive. À l’inverse, amener les élèves à comprendre ce qu’ils ont abîmé et à entreprendre de le réparer est une vraie piste de solution. Cette perspective nécessite d’ailleurs de travailler parallèlement avec la victime dont la collaboration sera nécessaire. Outre le fait de préparer la rencontre avec ses agresseurs, le travail avec la victime comporte aussi l’enjeu de l’aider à mieux réagir aux situations conflictuelles à venir et à éviter autant que possible de prêter le flanc aux comportements agressifs. Dans cet exemple, il s’agira aussi de voir si les attitudes intellectuellement violentes de la victime continuent. Si c’est le cas, il sera nécessaire de poursuivre les discussions avec cette dernière sur le sujet, de la manière la plus bienveillante possible et en vous appuyant sur l’annexe 11, liée aux propos antidémocratiques.

 

Si, après enquête, la situation se révèle de l’ordre des comportements agressifs partagés, la démarche de rencontre et de réparation sera tout aussi opportune, avec tout simplement une répartition plus équilibrée des enjeux de réparation.

 

À moyen et long terme, stratégies plus structurelles

À moyen/long terme, il est possible de mener un travail sur l’ensemble du groupe, en mettant en place des espaces de parole régulés, en travaillant sur les outils de résolution de conflit, ou sur les postures à adopter pour passer du statut de témoin à celui de chevalier…  Il est également possible de mettre en place un projet de « grands frères – grandes sœurs » ou de parrainage par les pairs dans l’établissement.

europe logo white

THE E-LEARNING TOOL

EUROGUIDE EU flag

This project is co-funded by the Internal Security Fund of the European Union – GA N° 871038