Vivre ensemble

Quand le comportement d’un collègue pose problème

En votre présence, des élèves critiquent les attitudes discriminantes d’un de vos collègues. Vous n’êtes pas sûr de la totale véracité de leurs propos, mais vous pensez qu’ils ont en partie raison. Vous ne savez pas comment réagir, ni par rapport aux élèves, ni par rapport au collègue. Que faire ?

 

Cette situation est loin d’être rare, tout comme elle est inconfortable à plus d’un titre. Si vous n’y réagissez pas, les élèves vont comprendre que la solidarité communautaire entre enseignants est plus importante que les valeurs que vous tentez de leur transmettre. Cela renforcera leur manque de confiance face à l’institution (voir fiche 5.1.7) et diminuera la confiance qu’ils ont en votre démarche et votre intégrité.

 

Réagir en écoutant et en accompagnant

Si vous y réagissez, vous risquez fort de juger ou de critiquer implicitement un collègue. Ce serait à la fois un coup dans le dos et une manière de porter atteinte à son autorité « à lui » face aux élèves. Si vous allez voir directement l’autorité en place à l’école, vous risquez alors d’être pris vous-même comme un traître à l’équipe enseignante, ce qui peut vous occasionner des soucis avec le collègue en question tout autant qu’avec d’autres membres de cette équipe. Si vous allez voir le collègue en direct enfin, la posture sera clairement délicate puisque vous n’avez a priori pas de conseil ni d’ordres à lui donner.

 

Dans cette situation, tout l’enjeu est donc de réagir en écoutant et, par votre comportement, en montrant concrètement les étapes d’un processus de résolution de conflit.

À court terme, écouter et coacher

À court terme, la meilleure option est de prévenir les élèves de la situation et de les écouter, sans vous situer. Une fois les éléments de l’affaire entendus, il est également important de leur expliquer en quoi cette situation est inconfortable pour vous. C’est en général facile à entendre puisque les élèves connaissent bien eux-mêmes ces situations de conflit de loyauté.

 

À court terme toujours, il est possible de renvoyer les élèves aux étapes d’une résolution de conflit (voir Annexe 12). C’est encore plus efficace si vous avez déjà expliqué ces étapes aux élèves, mais c’est également opportun de les leur expliquer pour la première fois à cette occasion.

 

Si l’enjeu est d’aider les élèves à aller parler directement au collègue en question, il peut être bon d’évaluer avec eux le risque encouru. S’ils sont partants, il est ensuite bon de prendre un moment pour les aider à s’y préparer : combien de personnes pour le faire ? En disant quoi ? Où et à quel moment ?

 

Pour l’ensemble de cette stratégie de discussion, l’art de poser des questions (Annexe 7) est très utile, puisqu’il permet que ce soit les élèves eux-mêmes qui formulent les réponses.

 

À moyen et long terme, dialoguer, confronter… ou s’adapter

À moyen terme, il est important d’aller voir le collègue concerné et de lui expliquer les grandes lignes de la situation. Si un service de médiation existe dans l’école ou travaille avec l’école, il est possible de le mobiliser pour aider à la fluidité et la constructivité des échanges. Si les faits vous paraissent trop graves pour ne pas être signalés à la direction, aller voir le collègue concerné reste important, par exemple pour lui proposer de le faire ensemble.

 

À moyen terme toujours, il est possible d’aborder avec les élèves les stratégies de résolution de conflit.

 

À moyen/long terme, il faut souvent (et malheureusement) accompagner les élèves dans leurs démarches de résilience. Du fait du contexte légal, il arrive en effet que les démarches pour faire évoluer un enseignant soient insuffisantes à le transformer ou à l’arrêter.

europe logo white

THE E-LEARNING TOOL

EUROGUIDE EU flag

This project is co-funded by the Internal Security Fund of the European Union – GA N° 871038