Société et idéologies

Parler de colonisation (des Belges au Congo)

Au détour d’une conversation ou d’un sujet, un(e) jeune s’exprime sur la colonisation en pestant sur les Belges et ce qu’ils ont volé au Congo. Il/elle s’énerve et surenchérit, d’autres répondent en disant que les Belges ont aussi apporté des choses positives en Afrique. La situation se tend. Que faire ?

 

Les blessures coloniales sont encore largement ouvertes, et du coup très sensibles. Pour ceux qui les ressentent, la relation aux apparents héritiers des colonisateurs est difficile : d’un côté, il y a prescription pour les crimes de leurs ancêtres. De l’autre, les conséquences (notamment économiques) en sont encore omniprésentes. Quant aux attitudes coloniales, elles sont encore bien là, et tellement peu a été fait, si pas pour réparer, au moins pour reconnaître les erreurs du passé.

 

Objectiver les faits, apaiser les émotions pour préparer le débat

C’est pour cette raison qu’il ne faut pas sous-estimer la charge des questions postcoloniales, et que prendre le temps de l’aborder peut réellement être opportun.

 

Dans cette question plus que dans d’autres, la blessure identitaire est conditionnée par la reconnaissance des faits. Dès lors plus que pour d’autres questions, il est nécessaire de prendre un temps pour objectiver ces faits, et pour bien les distinguer des émotions en présence. 

À court terme, objectiver et reconnaître les faits

À court terme, il s’agit bien sûr de gérer la discussion selon les principes des débats polarisants (voir Annexe 3). Dans cette discussion, il peut être bon d’aider les jeunes à préciser les faits : Où ? Quand ? Comment ? Cela permet à la fois de reconnaître l’ampleur des blessures et des injustices, tout autant que l’époque à laquelle ces faits se sont déroulés. S’il y a plusieurs élèves congolais ou centres africains d’origine dans la classe, il est intéressant de noter ces faits au tableau, en laissant la possibilité d’écrire aussi leurs émotions associées dans la colonne de droite (voir Annexe 4).

 

À moyen et long terme, diversifier les réflexions

À moyen terme, il est intéressant de mettre les participants au travail sur les faits, sur les histoires et les enjeux de la colonisation. Une tâche intéressante est par exemple de constituer des dossiers sur les différentes aventures coloniales, sur les différents pays européens colonisateurs et sur les peuples qu’ils ont colonisés. La position actuelle de ces pays, quant à la reconnaissance des blessures qu’ils ont causées, est aussi pertinente à aborder.

 

Il est également opportun de cultiver le débat au moyen de joutes telles que « Faut-il rendre les œuvres dans les musées ? » ou « Faut-il déboulonner les statues des personnages historiques controversés ? » (Voir Annexe 9).

 

À moyen ou à long terme, il est tout à fait possible de mettre en place un projet en lien avec une des nombreuses associations actives sur le sujet (voir ressources).

    • Le collectif « Mémoire Coloniale et Lutte contre les Discriminations » travaille sur deux thématiques principales : la mémoire coloniale et la lutte contre les discriminations :

    https://www.memoirecoloniale.be/

    Sur le même sujet, voici une explication en vidéo : https://vimeo.com/17910776

    • CEAPIRE, un organisme qui aide à animer des débats en classe sur toutes les questions liées aux racismes et aux extrémismes : http://www.ceapire.be/fr/
    • Site Internet basé sur la méthode de Margalite Cohen-Emerique et reprenant de nombreux outils destinés à mieux lire les conflits et à favoriser la prise de distance culturelle : https://healthydiversity.eu/fr/
    • Des tableaux pour organiser sa pensée :

    www.ecolecitoyenne.org/fiche/des-tableaux-pour-reflechir-a-chaud

     

     

    Ressources spécifiques dans ce guide

    • Annexe 3 : Animer et gérer les débats
    • Annexe 8 : Adopter la posture du chercheur
    • Annexe 9 : Toutes les ressources des joutes verbales

     

    Pour jouter ou en débattre autrement (voir Annexe 9)

    • Les peuples sont-ils responsables de leur histoire ?
    • Faut-il déboulonner les statues valorisant le passé colonial ?
    • Pour se libérer du passé, faut-il l’oublier ?
    • “Faut-il avoir vécu des discriminations pour être légitime d’en parler ?”

europe logo white

THE E-LEARNING TOOL

EUROGUIDE EU flag

This project is co-funded by the Internal Security Fund of the European Union – GA N° 871038