Société et idéologies

Débattre d’Israël et de Palestine

Suite à un fait d’actualité internationale (ou à un élément du cours), des élèves prennent des positions opposées sur le conflit israélo-palestinien. Par extension, un débat identitaire entre antisémitisme ou islamophobie (ou « haine antimusulmans ») commence en classe. Que faire ?

 

Le conflit israélo-palestinien est un des rares sujets qui ne laissent personne indifférent. Est-ce à cause de la centralité de la Palestine dans l’histoire des monothéismes ? Ou à cause de son intensité et de sa durée ? Voire du fait du traumatisme que constitue encore la Seconde Guerre mondiale dans les inconscients ? Ou encore parce qu’il symbolise une sorte de confrontation entre l’Islam et l’Occident ? Toujours est-il que, lorsque l’actualité s’y attarde pour la énième fois, systématiquement cela provoque des réactions en sens variés et souvent contraires. Du fait de cette position symbolique, ce conflit entretient et est entretenu par les montées concomitantes de l’antisémitisme et de l’islamophobie ces dernières années.

 

Un conflit aux identités internationales

Pour toutes ces raisons, aborder le conflit israélo-palestinien est un exercice délicat, le sujet polarisant les identités. C’est ce qui fait que la tâche comporte plusieurs challenges : faire référence à une histoire complexe, reconnaître les identités et les blessures identitaires en présence, cultiver la nuance quelles que soient les positions, sortir des grands narratifs (eux-mêmes multiples) que les médias proposent, garder une sérénité suffisante dans le groupe…

À court terme, préciser les termes et les enjeux du débat

À court terme, il peut être bon d’utiliser la stratégie de la maïeutique (Annexe 8) pour clarifier les protagonistes du débat ainsi que les enjeux. Les questions importantes sont ici du genre « De qui vous me parlez ? », « Des juifs ? », « Des musulmans ? », « Des Israéliens ? », « des Palestiniens ? », « A quelle époque ? », « Où en Belgique ? « Où dans le monde ? »... À travers les questions, il s’agit de faire prendre conscience aux élèves qu’ils ne nomment pas correctement ce conflit. Au terme de cette démarche de questions, un aboutissement adéquat est de faire un schéma avec les protagonistes, les faits, les enjeux, les questions à résoudre pour la fois suivante.

 

Éventuellement, en fonction du tableau, donner des tâches aux élèves pour qu’ils fassent des recherches afin de préparer le cours suivant.

 

Si l’animateur le désire, dès cette étape, il a la possibilité d’apporter des clarifications. Après avoir écouté les élèves et après les avoir mis en réflexion sur leurs perceptions, il est déjà possible de les nourrir pour mieux comprendre ce conflit. À ce stade, il est aussi important de préciser que ce travail vise à mieux comprendre ce qui se passe, et pas forcément de savoir « qui a raison » ou « ce qu’il y a lieu de faire ».

 

À moyen terme, décentrer pour réfléchir les notions

À moyen terme, il est possible de se baser sur ces ressources, de faire un travail avec les élèves sur l’histoire du conflit, sur les protagonistes, les enjeux, etc. L’enjeu est toujours de sortir des stéréotypes et surtout de bien faire la distinction entre le conflit et la situation des musulmans et des juifs dans le reste du monde. Dans cette perspective, il est notamment possible de s’appuyer sur le travail d’associations telles que AIM, le CCLJ ou CEAPIRE pour organiser des débats en classe, mobilisant de multiples outils. AIM en particulier s’appuie sur l’expérience de jeunes qui ont été sur place et, en utilisant différents outils de débat, leur permet d’interagir avec leurs pairs pour développer chez eux le sens de la nuance. Sans forcément faire référence à des acteurs extérieurs, il est également possible de passer par l’un des nombreux films existant sur le sujet (voir ressources).

 

Sur la question de la Shoah ainsi que de l’État d’Israël, de nombreuses fiches pédagogiques existent également, notamment fournies par le programme « Démocratie ou barbarie ? ».

 

À moyen et long terme, nourrir les débats et les rencontres

À moyen/long terme, il est possible de vérifier que les élèves ont dépassé leur tension en organisant des joutes verbales. Il est également opportun de faire des projets réunissant des élèves d’écoles très différentes. Selon les quartiers et les cultures, les positions sur le conflit sont en effet assez variables, de sorte que ces rencontres peuvent donner des éléments très enrichissants, surtout si elles sont tournées vers le dialogue interconvictionnel.

    • Site de « Démocratie ou barbarie » : http://www.democratieoubarbarie.cfwb.be/
    • La commission Justice et Paix offre plusieurs outils pédagogiques pour aider les enseignants à concevoir des cours ou des ateliers thématiques relatifs aux conflits (Israël/Palestine, Ukraine) et aux enjeux géopolitiques autour des ressources naturelles :

    https://www.justicepaix.be/-Outils-pedagogiques

    Des animations sur ces thèmes sont aussi possibles :

    https://www.justicepaix.be/-Animations-

    • AIM, association organisant tous les ans le projet « Israël-Palestine pour mieux comprendre », projet destiné à impliquer les jeunes dans la lutte conjointe contre l’islamophobie et l’antisémitisme : https://www.actinmed.org/
    • CCLJ, Centre Culturel Laïc Juif, centre organisant de nombreux projets pédagogiques et disposant de nombreux outils liés à la lutte contre l’antisémitisme et la xénophobie autant qu’à la culture de la mémoire des génocides : https://www.cclj.be/
    • Musée Juif de Bruxelles, en plus de travailler la mise en valeur de la mémoire et des cultures juives, le musée propose différents projets résolument ouverts sur notre société multiculturelle et multi-religieuse : https://www.mjb-jmb.org/
    • CEAPIRE, un organisme qui aide à animer des débats en classe sur toutes les questions liées aux racismes et aux extrémismes : http://www.ceapire.be/fr/
    • Films intéressants à regarder sur le sujet :
      • Le cochon de Gaza (2011): dénoncer par l'humour
      • Une bouteille à la mer (2012): le conflit à l'échelle adolescente
      • Le fils de l’autre ( 2012) : Par le prisme des familles
      • This is my land( 2014) documentaire sur le rôle/responsabilité de l’éducation de part et d’autre
      • My land (2011) parole donnée aux premiers réfugiés palestinien, témoignages écoutés et commentés par la jeunesse israélienne
      • Une terre deux fois promise, Israël-Palestine ( 2018) Récit chronologique
    • Films pour mieux comprendre le projet « Israël-Palestine pour mieux comprendre » (AIM) :

    De l’autre côté  https://vimeo.com/291491747

    Débat des maux https://vimeo.com/294307743

     

    Ressources spécifiques dans ce guide

    • Annexe 8, Adopter la posture du chercheur

     

    Pour jouter ou en débattre autrement (voir Annexe 9)

    • Faut-il boycotter les produits des colonies ?
    • Faut-il défendre sa nation ?
    • Faut-il voir pour y croire ?
    • Faut-il être un acteur de l’histoire pour la comprendre ?
    • Pour se libérer du passé, faut-il l’oublier ?

europe logo white

THE E-LEARNING TOOL

EUROGUIDE EU flag

This project is co-funded by the Internal Security Fund of the European Union – GA N° 871038