Société et idéologies

Antisémitisme : rendre possibles dialogue et réflexion

Dans le cadre de/suite à un cours d’histoire, les élèves remettent en question la Shoah, en précisant que les juifs sont tellement puissants qu’ils ont réécrit l’Histoire. Comment réagir ?

 

La mémoire de la Shoah est l’une des plus ancrées et des plus travaillées de notre système éducatif. Non seulement elle est présente dans de nombreux films et références bien connus, mais en plus, de multiples programmes scolaires et périscolaires y font référence. Lorsqu’un jeune tient dès lors des propos antisémites et/ou révisionnistes, ce n’est pas une question seulement d’accès à l’information. C’est d’abord une question d’identité, et presque toujours un besoin de se positionner « en contre » par rapport à la société.

 

Parler à l’antisémitisme comme à une émotion

Pour cette même raison, il est ici inopportun de s’attaquer directement à ces propos. Il peut même être contre-productif de rappeler directement que la Loi qui indique qu’on ne peut pas dire ça et que ce sont des paroles punissables. Lorsque c’est le cas, les jeunes comprennent en effet implicitement que le système que l’école incarne est « fermé » et donc qu’ils ont raison de s’y opposer.

À court terme, bienveillance et leviers de réflexion

À l’inverse, à court terme, la meilleure option est de demander aux jeunes de réfléchir à « pourquoi ils disent ça ». Il est cependant important de veiller à ce que leur parole ne fasse pas davantage tache d’huile, tout autant qu’il est important de voir si leurs paroles sont dirigées vers des personnes du groupe, ou s’il s’agit plus de « déclarations générales » par rapport à la société. De ce fait, il est davantage utile de faire réfléchir les jeunes seuls à cette question, ou en petits groupes (voir Annexe 4) de manière à éviter que ces propos antisémites ne soient d’autant plus fièrement exprimés qu’ils le sont face à une audience. Que ce soit en grand groupe, en petits groupes ou face aux élèves individuellement, l’enjeu sera ensuite d’utiliser la maïeutique (Annexe 7) pour faire réfléchir aux arguments rationnels qui permettent de défendre les positions données.

 

À moyen terme, rencontre, approfondissement et suite du débat émotionnel

À moyen terme et après avoir récolté les faits, arguments et émotions, l’étape suivante consiste à confronter les jeunes à différentes sources historiques, ou à différentes rencontres qui permettent de se faire une idée plus précise des événements en question. Les ressources sont ici nombreuses et parfois de qualité variable. Quel que soit votre choix, l’important sera d’accompagner les élèves de la manière la plus objective et détachée des émotions. Même si c’est pour les confronter à des réalités historiques dures, même si c’est pour leur faire prendre conscience de la gravité de leurs actes et de leurs propos, il est important qu’ils comprennent que ce n’est pas pour des raisons émotives que vous agissez. Ils ont l’habitude de ces réactions émotives et les recherchent même souvent. À l’inverse, il est donc important qu’ils comprennent que les faits et les valeurs sont de votre côté. C’est la manière la plus sûre pour que, tôt ou tard, ils changent de posture et rejoignent votre démarche.

 

À moyen/long terme, il est possible de visiter la caserne de Breendonk, d’organiser un voyage à Auschwitz, ou plus simplement de s’impliquer dans l’un des nombreux projets proposés en Belgique francophone pour lutter contre l’antisémitisme. Quel que soit le choix, il est fondamental de porter attention à ce qu’il s’accompagne de rencontres et d’une dimension humaine forte. Comme les jeunes sont habitués aux stratégies de prévention de l’antisémitisme, la manière de les gérer et de les incarner peut faire une grosse différence.

    • Comment réagir face à un néonazi ? Témoignage de Kimmie Ahlen sur son parcours de néonazi : ecolecitoyenne.org/fiche/reagir-au-neonazisme
    • AIM, https://www.actinmed.org/ Association organisant tous les ans le projet « Israël-Palestine pour mieux comprendre », projet destiné à impliquer les jeunes dans la lutte conjointe contre l’islamophobie et l’antisémitisme.
    • CCLJ, Centre Culturel Laïc Juif, Centre organisant de nombreux projets pédagogiques et disposant de nombreux outils liés à la lutte contre l’antisémitisme et la xénophobie autant qu’à la culture de la mémoire des génocides : https ://www.cclj.be/
    • Musée Juif de Bruxelles, en plus de travailler la mise en valeur de la mémoire et des cultures juives, le Musée propose différents projets résolument ouverts sur notre société multiculturelle et multi-religieuse : https://www.mjb-jmb.org/
    • CEAPIRE, un organisme qui aide à animer des débats en classe sur toutes les questions liées aux racismes et aux extrémismes : http://www.ceapire.be/fr/
    • Démocratie et barbarie : http://www.democratieoubarbarie.cfwb.be/
    • Film « Débat des maux » du projet « Israël-Palestine pour mieux comprendre », organisé par AIM : https://vimeo.com/294307743

     

    Ressources spécifiques dans ce guide

    • Annexe 4 : Outils pour que les débats soient des opportunités
    • Annexe 7 : La maïeutique, art de questionner les esprits

     

    Pour jouter ou en débattre autrement (voir Annexe 9)

    • Pour se libérer du passé, faut-il l’oublier ?
    • Faut-il pardonner pour avancer ?
    • Faut-il avoir vécu un événement pour le comprendre ?
    • Les peuples sont-ils responsables de leur histoire ?

europe logo white

THE E-LEARNING TOOL

EUROGUIDE EU flag

This project is co-funded by the Internal Security Fund of the European Union – GA N° 871038