Société et idéologies

Halte au racisme explicite et implicite

Un(e) élève traite l’autre de « sale noir(e) ». Autour de lui/elle, d’autres semblent d’accord, ou en tous cas ne disent pas le contraire. Que faire ?

 

Le racisme, cette manière de déconsidérer implicitement ou explicitement des identités et/ou des communautés, est malheureusement très présent dans les relations humaines. Parmi les processus de racisme, le rejet des « centres africains » est probablement le plus présent. En Belgique par exemple, on le retrouve dans l’histoire du pays, dans certaines positions culturelles profondes, ou encore dans des positions culturelles d’une partie de nos immigrations récentes. Si ce racisme à l’égard des « centres africains » a quelque chose de spécifique, il n’en reste pas moins qu’une déclinaison forte d’un processus beaucoup plus large et fréquent. Cela fait que les étapes développées dans cette fiche sont en fait opportunes pour réagir à n’importe quel propos de type raciste.

 

Prendre conscience que l’identité des autres n’est en fait un danger pour personne

Face à ce genre de comportement, tout le challenge sera de faire comprendre, explicitement et implicitement que l’identité des autres n’est a priori un danger pour personne. Il s’agit aussi de faire prendre conscience de la gravité de comportements qui sont pourtant fréquents. Il s’agit enfin de donner aux jeunes des pistes de positions positives qui leur permettent d’être davantage encouragés que culpabilisés.

À court terme, refus des violences et gestion des discussions

À court terme, lorsque des propos racistes sont prononcés en votre présence et en présence de membres des populations visées, il est indispensable de réagir directement pour protéger les victimes. Sans cela, vous perdez votre légitimité d’animateur puisqu’un de vos rôles est d’être garant de la sécurité des membres du groupe.

 

Intervenir est donc incontournable, mais la manière de le faire n’est pas pour autant évidente. Si vous êtes trop cassant, les auteurs des propos pourraient en effet le prendre comme une interdiction de s’exprimer, sans comprendre la portée de leurs mots puisqu’ils ont l’habitude de les entendre dans d’autres contextes. Si vous n’êtes pas suffisamment clair, il se peut que ce soient les victimes qui ne se sentent pas suffisamment protégées. De ce fait, selon votre perception des sensibilités en présence, il s’agira d’être plus ou moins tranchant dans votre position. Dans tous les cas cependant, ce genre de situation nécessite que l’on voie ensuite et à part les personnes directement concernées. Selon les émotions en présence, il s’agira de les garder toutes à la fin pour une mise au point, ou de les voir les unes après les autres.

 

À moyen et long terme, réparation et réflexion

À moyen terme, et suite donc à ce processus de discussion davantage privée, le but est de revenir vers le groupe pour qu’il y ait une suite. Cette suite comprend les excuses par rapport aux propos visés (Voir Annexe 13). Elle peut aussi déboucher sur un travail portant sur l’histoire de l’esclavage, sur les formes de racisme, sur le mécanisme même du racisme aussi qui est une manière de projeter une peur, de « se tromper de colère ». En faisant ce travail, il est possible de faire comprendre aux jeunes que, s’il y a des rejets mutuels, le racisme est également parcouru par les rapports de domination qui sont, eux, tout sauf équivalents. Ce faisant, un enjeu important est de faire comprendre que le racisme « anti-noir » comme tous les autres entérinent des injustices fortes dans l’histoire du monde. L’enjeu est donc de faire comprendre que le but n’est pas seulement un monde avec moins de propos racistes, mais plus globalement un monde plus juste.

 

À moyen/long terme, il est opportun, encore une fois, de développer tous les projets de rencontre avec les différences, que celles-ci soient culturelles, spirituelles ou économiques.

europe logo white

THE E-LEARNING TOOL

EUROGUIDE EU flag

This project is co-funded by the Internal Security Fund of the European Union – GA N° 871038